LA REGION ET UNION EUROPEENNE

Un logement social à haute performance énergétique financé en partie par la région et l'union européenne.

Transformation d'une remise agricole en un logement social TEPCV

Cette réhabilitation se veut exemplaire tant sur le plan patrimonial qu’environnemental. Le projet conserve les caractéristiques architecturales du bâti vernaculaire et aménage un logement de trois pièces dans le volume de la remise existante. La façade principale, les planchers et la charpente qui constituent les parties neuves sont construits en ossature bois avec un remplissage en béton de chanvre.

Le projet optimise les possibilités d’éclairement des espaces : la façade présente des ébrasements des baies afin de maximiser les apports lumineux; l’escalier central bénéficie d’un éclairage zénithal au Nord-Ouest et la salle d’eau possède une fenêtre sur l’extérieur. Les menuiseries asymétriques proposent une relecture contemporaine des croisées et les allèges des fenêtres de la cuisine et du salon à rez-de-chaussée sont abaissées pour servir d’assises entre l’extérieur et l’intérieur.

La distribution architecturale des pièces est optimisée par un escalier balancé central intégrant un sanitaire. L’entrée, le volume de l’escalier et la distribution de l’étage sont articulés avec des traitements qualitatifs : mur en pierre conservé et restauré, garde-corps en contreplaqué bouleau, châssis de toit en acier permettant d’amener de la lumière au coeur de la maison. A l’étage, les chambres bénéficient d’un volume en double hauteur sous rampants et les murs en béton de chanvre sont enduits à la chaux

L’opération propose des dispositifs durables à différentes échelles :

  • Utilisation de matériaux traditionnels, enduits chaux /chanvre, soubassement en grès, menuiseries en bois certifié PEFC, etc.
  • Amélioration des performances thermiques du bâti ancien avec l’objectif énergétique du Label BBC-Effinergie rénovation 2009 afin de créer un logement sobre et économe. Optimisation des niveaux de confort été/hiver en maintenant une partie des maçonneries existantes à forte inertie à l’intérieur de la maison.
  • Moellons de grès en réemploi permettant la limitation de l’énergie grise dépensée.
  • Préservation de la biodiversité locale en intégrant des gîtes et nichoirs à chyroptères dans la structure des murs existants.

L’intégration de nouvelles techniques constructives et l’usage de matériaux bio-sourcés permettent de promouvoir les  savoir-faire locaux et les filières courtes tout en favorisant l’innovation des entreprises du Gâtinais français.

   LABELS DE L’OPÉRATION ET PARTENAIRES